Une fois diplômé, vivez vous aussi votre expérience à l'étranger avec Erasmus +

< Toutes les actualités
09 mai 2018

Quentin, une fois diplômé de la Licence pro Ressource et Qualité de l'Eau, a poursuivi son cursus d'étude par le programme de mobilité européenne nommé Movil'App via ERASMUS +. Il nous fait partager son témoignage et son expérience à Stockholm, en Suède.

 

Stockholm.jpg

 

Soutenu par l'Union Européenne dans le cadre du programme Erasmus+, le programme de mobilité européenne MOVIL'APP est destiné aux apprentis diplômés (départ dans l'année qui suit la fin de la formation), de tout niveau et de tout secteur, qui désirent effectuer un séjour à l'étranger. Depuis 2007, plus de 6 500 post-apprentis ont bénéficié de ce dispositif. Ainsi, il est possible d'effectuer un stage de deux semaines à six mois dans une entreprise de l'un des 28 pays de l'Union Européenne. 

 

 

TÉMOIGNAGE DE QUENTIN, DIPLÔMÉ DE LA LICENCE PRO RESSOURCE ET QUALITÉ DE L'EAU
 

«

Envisager d’effectuer un stage à l’étranger peut être à la fois stressant et excitant. Stressant, car partir à l’étranger implique de parler une autre langue, ce qui peut amener à douter de ses capacités en anglais. J’avoue avoir été légèrement inquiet avant mon départ, car j’ai un niveau relativement moyen en anglais. Or, une fois lancé dans cette aventure, il n’y a plus d’échappatoire. Le français n’est plus d’aucun secours (à moins de trouver un autre français sur place). Il faut s’habituer à penser et à parler en anglais pour communiquer, que ce soit dans la vie de tous les jours, ou bien sur son lieu de travail.

Cependant, travailler à l’étranger est une expérience formidable, et ce sur de nombreux plan. Sur le plan professionnel dans un premier temps, puisque travailler dans un autre pays apporte une approche et un savoir-faire différents de ce qui a pu être enseigné dans son pays d’origine. Permettant un œil nouveau ainsi qu’un enrichissement des connaissances et des compétences acquises. De plus, nos capacités en anglais s’améliorent considérablement au cours du temps (peu importe le niveau initial). C’est aussi une très bonne expérience sur un plan plus personnel. Je pense que s’intégrer dans un autre pays, dans une autre culture, permet à la fois de s’ouvrir l’esprit et de pleinement s’épanouir.
Quitter son pays et sa zone de confort pour partir à l’aventure vers l’inconnu, et ainsi prendre un grand tournant dans sa vie. C’est une expérience très enivrante. 

»

 

Skansen Museum (3).jpg

 

Cathédrale Stockholm (2).jpg

 

«

C’est dans cet état d’esprit que je me suis retrouvé à faire une année de césure dans mes études, afin de partir pour Stockholm. Légèrement stressé mais des étoiles plein les yeux sur cette nouvelle aventure qui m’attendait.
Il se trouve par ailleurs que ce léger stress qui m’habitait s’est éclipsé dès mon premier jour de travail, notamment de par l’accueil chaleureux que m’ont réservé les suédois. En effet, les étrangers qui viennent travailler en Suède sont tellement chéris, que s’intégrer est vraiment une chose aisée, on s’y sent tout de suite à l’aise. De plus, ce qui m’a également beaucoup plu à Stockholm, c’est le côté international de cette ville. J’ai ainsi été amené à côtoyer des étudiants en provenance de nombreux pays, d’Italie, des Pays-Bas, du Danemark, de Lituanie, d’Australie, ou encore des Etats-Unis. Ainsi, le choc des cultures peut parfois être assez amusant, et les discussions sont très enrichissantes.

J’ai même été plutôt surpris par mon niveau en anglais, puisque je comprenais relativement bien lorsque les gens s’adressaient à moi, et que j’arrivais aisément à me faire comprendre. Même si, le langage des signes aide beaucoup dans certaines situations. Les suédois ont par ailleurs un niveau remarquable en anglais, je n’ai pas trouvé une personne qui ne parlait pas un minimum anglais. J’ai ainsi pu constater mon niveau en anglais s’améliorer de jours en jours à mon plus grand bonheur.

»

 

 

«

La seule chose qui a été relativement difficile à s’habituer lors de mon arrivée concerne le climat. Ayant débuté en février, il m’a fallu quelques semaines pour m’acclimater. Les températures peuvent parfois être très froides et atteindre jusqu’à -15°C, la neige est présente tout l’hiver, et les jours sont très courts. Cependant, en investissant dans un bon équipement, j’ai fini par m’y habituer, puis par apprécier la présence de la neige.  En définitive, si un jour l’occasion de vivre une expérience similaire se présente à vous, mon plus grand conseil est de foncer et de saisir cette opportunité ! De ne pas se priver à cause de ses inquiétudes ou de ses doutes. Partez, et profitez au maximum de chaque moment que vous offrira cette grande aventure. Vous en reviendrez plus confiant, avec la satisfaction d’avoir réussi à vous intégrer dans une nouvelle culture, mais également avec des amis issus de différents pays.

»

 

 

Vous êtes diplômé du CFA des Sciences et souhaitez partir à l'étranger ?
Le programme Movil'App via Erasmus + vous attend !

Renseignez-vous auprès de Nathalie OBERT-BEN TAÏEB
au 01.44.27.75.76 ou sur nobert@cfa-sciences.fr

Médias

Galerie Media