Rencontre avec Sylvain ARGENTIERI

< Toutes les Interviews / Témoignages
17 mai 2018
IMG_2651.JPG
Sylvain ARGENTIERI
Responsable du parcours-type I4 du Master SPI et Maître de Conférences à l'ISIR
« L’apprentissage est un parcours d’excellence, durant lequel les étudiants-apprentis mènent deux carrières de front. »

Sylvain ARGENTIERI, Maître de Conférences à l’ISIR (Institut des Systèmes Intelligents et de Robotique) et responsable du parcours-type I4 « Ingénierie de l’Informatique Industrielle et de l’Image » au sein du Master mention « Sciences pour l’Ingénieur (SPI) », a accepté de nous rencontrer et de répondre à nos questions.

 

  • Pourriez-vous nous décrire votre parcours universitaire ?

Mon parcours universitaire a commencé en 1999, en Licence d’Ingénierie électrique puis en Maîtrise EEA à l’ENS (École Normale Supérieure de Cachan). J’ai ensuite obtenu le concours d’agrégation externe de Génie Électrique, puis ai continué vers un DEA de Robotique à Paris 6. J’ai poursuivi par une thèse de doctorat à Toulouse, où j’ai également occupé les fonctions d’ATER (Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherches). Je suis maintenant Maître de Conférences à Sorbonne Université, au sein de l’ISIR, depuis 2008.

 

 

  • Que pensez-vous des apports de l’apprentissage dans le domaine scientifique, notamment pour le Master I4 ?

Une des finalités de l’apprentissage est d’apporter tous les savoirs et compétences académiques aux étudiants afin qu’ils puissent ensuite les mettre à contribution en entreprise.

C’est une démarche conjointe, qui mêle les aspects techniques et scientifiques avec les problématiques industrielles. Ainsi, les étudiants-apprentis font l’acquisition de connaissances académiques nécessaires à la résolution de certains types de problématiques rencontrés en entreprise.

Par ailleurs, après un Master suivi en apprentissage, il est tout à fait possible de poursuivre par une thèse de doctorat, entre autre grâce au dispositif du CIFRE (Conventions Industrielles de Formation par la REcherche), associant à la fois un laboratoire de recherches et des industriels ayant levés un problème scientifique qui peut être résolu par les connaissances apportées par les universitaires.

Étant tuteur académique de plusieurs apprentis, j’effectue régulièrement des visites en entreprise afin d’assurer leur suivi pédagogique avec les Maîtres d’Apprentissage. Cela me permet également de me tenir informé sur les besoins des entreprises, en constante évolution. Ces remontées permettent à l’équipe pédagogique de la formation de s’interroger constamment sur la formation proposée et de rester en adéquation avec les attentes des industriels, tout en gardant en tête la nécessité de former les étudiants, futurs spécialistes de leur domaine, sur les aspects académiques les plus pointues.

 

 

  • Vos étudiants apprentis préparent actuellement plusieurs projets. Pourriez-vous nous en présenter quelque uns ?

Il existe au sein du parcours-type I4 une Unité d’Enseignement intitulée « projets intégratifs ». Cet enseignement est commun à 4 autres parcours-type du Master SPI et vise à créer des équipes multidisciplinaires d’étudiants sur un projet collectif autour de plateformes de recherche ou industrielles. C’est l’occasion pour les étudiants en formation initial et nos apprentis de mettre en œuvre des méthodes et techniques de gestion de projet, tout en appliquant leurs connaissances académiques et compétences transverses sur des sujets pouvant être proposés par les apprentis eux-mêmes, leurs professeurs, ou des industriels.

Cette année par exemple, un drone a été conçu à cette occasion par un groupe composé majoritairement d’étudiants-apprentis. Leur projet, prometteur, va d’ailleurs être présenté le 26 mai prochain au salon VIVATECH.

 

 

  • Le Master SPI - spécialité I4 va bientôt fêter ses 20 ans d’ouverture à l’apprentissage. Quels bénéfices en tirez-vous ?

Ce Master est la deuxième formation en apprentissage ouverte au sein du CFA des Sciences (anciennement DESS Imagerie Électronique). Il s’inscrit dans un domaine où il n’y a pas de difficulté de placement, avec un excellent taux d’insertion. Il est en tête du palmarès l’Étudiant 2017 des meilleures universités en Sciences de l’Ingénieur au plan de l’insertion professionnel. Les entreprises ont de plus en plus conscience de l’importance et des apports de l’apprentissage, et jusqu’à 50% de nos étudiants-apprentis sont recrutés au sein de l’entreprise où ils ont effectué leur alternance une fois diplômés. Cela prouve une bonne adéquation entre l’enseignement pédagogique de la formation et l’entreprise.

Les parcours-type proposés par le Master SPI sont fortement spécialisés dans des disciplines très ciblées. Un enseignement de pointe est fourni par les enseignants-chercheurs de l’Université, qui contribuent à ces champs disciplinaires dans le cadre de leurs recherches académiques au sein de Sorbonne Université, 1ère Université scientifique de France en termes de recherches, d’enseignement et de qualité des laboratoires et 37ème au classement international de Shangaï (2017).

 

 

  • Vous prévoyez d’ouvrir plusieurs parcours du Master SPI à l’apprentissage, pourriez-vous nous informer davantage ?

En effet, jusqu’ici le seul parcours par alternance proposé par le Master SPI dans le domaine de l’électronique était le parcours I4. De façon à couvrir les besoins identifiés dans les autres disciplines des sciences de l’Ingénieur, d’autres parcours du Master SPI seront potentiellement ouverts à l’apprentissage dès la rentrée 2019, parmi lesquels (intitulés provisoires) :

  • Systèmes avancés et Robotique,
  • Ingénierie des systèmes intelligents,
  • Systèmes communicants,
  • Capteurs, instrumentation et mesures.

Par la suite, suivrait possiblement l’ouverture d’autres parcours du Master SPI dans les domaines de l’acoustique, de la mécanique du solide, ou de la mécanique des fluides.

Les différents parcours resteront bien sûr toujours accessibles en formation initiale, et la formation des alternants en partagera les troncs communs disciplinaires, ainsi que les enseignements disciplinaires spécifiques à chacun des parcours. Les apprentis, quelle que soit leur discipline, suivront également en commun un certain nombre d’enseignements transverses.  

Pour permettre ces ouvertures, le rythme d’alternance sera de 3 jours à l’Université et de 2 jours en entreprise.

L’offre de formation proposée en 2019 à l’apprentissage regroupera des formations d’excellence, dans lesquelles les étudiants-apprentis suivront quasiment la même formation disciplinaire que ceux en formation initiale, tout en ayant à gérer l’aspect entreprise dans le cadre de leur alternance. A n’en pas douter, cela constituera une quantité de travail non négligeable.

 

 

  • Quels conseils donneriez-vous aux nouveaux étudiants pour les inciter à faire de l’apprentissage ?

Les étudiants qui suivent leur cursus par apprentissage, notamment au sein du parcours-type I4, ont l’avantage de côtoyer et de s’imprégner du monde industriel beaucoup plus tôt et longtemps que les étudiants en formation initiale. La plupart des étudiants arrivant chez nous ont très peu d’expérience professionnelle dans le domaine de leurs études, et exercent parfois des « jobs » temporaires pour financer leurs études.

Dans le cadre de leur apprentissage, les étudiants-apprentis sont rémunérés pour leur travail et les coûts de formation sont pris en charge par leur entreprise d’accueil. Ils acquièrent de l’expérience, des connaissances et des compétences dans un domaine en parfaite adéquation avec leurs études et leur projet professionnel. Ainsi, ils s’insèrent beaucoup plus rapidement sur le marché du travail et peuvent espérer atteindre des postes à responsabilités plus rapidement.

Sur un plan personnel, cela développe chez eux plusieurs compétences transverses  (organisation, capacité de travail, régularité, etc.), puisqu’ils doivent gérer et concilier leur vie en entreprise et leurs études.

J’insiste sur le fait que le diplôme de Master délivré par Sorbonne Université est le même qu’il soit en formation initiale ou par apprentissage.

En conclusion, l’apprentissage est un parcours d’excellence, les étudiants-apprentis mènent deux carrières de front :

- Ils terminent leur « carrière » universitaire et finalisent l’acquisition de leurs compétences scientifiques et techniques,
- et débutent leur carrière professionnelle en entreprise, découvrant les codes, pratiques et usages du monde industriel.